Highway To Hell




Vendredi 31 octobre 2014, 19h12.
Dans un vieux manoir, un peu à l'écart de la ville...


         Nous étions dans le noir et dans le silence le plus total. Toutes les fenêtres et n'importe qu'elle autre objet étant susceptible d'émettre ne serait-ce qu'une once de lumière était voilé. En allumant de grandes chandelles noires à l'aide d'un briquet, nous placions ces dernières autour d'un pentagramme tracé avec notre propre sang mélangé. La croix de l'Antichrist autour du cou, nous récitions ensuite nos rites en honneur à l'être suprême que nous vénérons tous, Satan. Les mains jointes, la tête basse, King, moi, Sora et Gingka récitâmes notre incantation comme un poème, d'une même voix, tous quatre vêtue de noir et maquillés maladroitement jusqu'aux ongles, de poudre blanches qui faisait ressortir nos yeux entourés de noir. Nous savions parfaitement ce que nous faisions.
 
« Oh, maître Lucifer... Nous nous soumettons à toi »
Et mes fidèles compagnons m'imitaient, tous en coeur :
« Oh, maître Lucifer, nous nous soumettons à toi »
Je souriais.
« Corps et âme... Et ce, pour l'éternité ! »
Et c'est repartit.
« Corps et âme, et ce, pour l'éternité »
 
          Un bon paragraphe se fit ainsi, en alternance. Nos membres tremblaient presque. Satan était avec nous !! Nous le sentions, tous. Parfois, la flamme des bougies vacillaient alors que le vent était inexistant. Je resserrais les mains de mes camarades. Cette fois était la bonne. Tous nos rêves allaient être exaucés... Même si nous devrions le payer plus tard, qu'importe !!!
En transe, alors que nous étions sur le point d'atteindre le porteur de lumière, la sonnerie du vieux manoir nous interrompu. Cette putain de sonnerie qui avait tout gâché...
 
« PUTAIN !! » m'exclamais-je en lâchant violement les mains de mes camarades
-Encore des gamins pour des bonbons... Soupirais King en allant se trouver un siège. Notre incantation avait encore été interrompue, ce soir...
-J'ai envie de les éventrer. » Répondait Gingka, de marbre, en allant siroter le sang de rat récolté et purifié la veille.
 
Je me dirigeais vers mon grand fauteuil de velours couleur rouge foncé. Les jambes croisées, j'attrapais la flute débordante de liquide pourpre avant de me mettre à réfléchir. Si des enfants viennent nous interrompre toute la nuit, on risque de ne pas réussir...
 
« Sora, c'est à toi d'y aller ! Imposait King qui avait été contraint d'y aller la fois précédente
-Ah, mais j'ai pas envie ! La flemme !
-Mais vas-y ! C'est rien ! »
 
         En soupirant, le blond finis par céder puis se dirigea d'un pas lent vers la porte. Je pouvais l'entendre qui râlait avant d'ouvrir aux morveux. La fameuse expression « Des bonbons ou une farce » se fit entendre une nouvelle fois jusqu'à nous. Sora ne répondit rien, laissant tomber dans leurs pots plein de friandises des sucres d'orge que nous avions pris le soin de cuisiner nous-mêmes. Bien entendu, ils n'avaient rien de sucre d'orge ordinaire : ils étaient confectionnés avec des excréments de chauves souris. Nous avions bien pris le soin de masquer l'odeur afin que la surprise soit totale, une fois en bouche des gamins. Un sourire machiavélique se dessinait sur mes lèvres.
Sora revint parmi nous.
 
« Bon... Si on se fait embêter toute la nuit, on risque de pas y arriver.
-C'est vrai... Comment on fait, chef ? »
Le fameux chef, c'était moi. Ayant assez songé, je pris un air supérieur avant de me lever en m'avançant vers eux.
« On va péter la sonnette. »
 
          Gingka et Sora s'exécutèrent, pendant que King et moi relisions un vieux livre d'invocation. La page pour invoquer le seigneur des enfers avait malheureusement été brûlée avant que nous m'étions la main sur ce grimoire poussiéreux. Du coup, pour l'invocation que nous venions de faire, cette dernière était purement improvisée. Peut-être que nous aurions invoqué quelque chose d'autre...Qui sait. Prendre le temps de tenter d'invoquer Lucifer était long, et on ne savait pas du tout si cela allait fonctionner. Mal gré tout, dans ce bouquin, on pouvait tout de même y invoquer quelques serviteurs du diable. Des démons, des vampires... On pouvait libérer toutes sortes de créature comme celle-ci. Mais la plus classe (et la plus proche de celui que nous voulions atteindre) était, bien entendu, la faucheuse. Celle qui prend l'âme des mortels pour les envoyer en enfer. Elle doit forcément côtoyer le diable ! Non ?
 
« La faucheuse, King. Elle pourra nous aider !
-Euh... Tu crois franchement qu'elle voudra ? C'est pas un génie hein, on a pas de v½ux à l'arrivé...
-Mais t'inquiète. »
 
Une fois nos deux amis revenus, je leur fis part de mon plan : invoquer la grande faucheuse pour lui demander de nous venir en aide dans notre quête.
          Le mode d'emploie, si je puis dire, était lu attentivement par chacun d'entre nous. Nous ne pouvions pas invoquer directement la faucheuses, il nous fallait la trouver. Nous serions justes en capacité de la voir et de communiqué avec elle. Contraignant, mais pas mal. Tout collait, tout convenait. Il suffisait de confectionner une potion composé de doigts râpés, d'un ½il de lapin, de venin de Boa... Aucun souci, tout ce matériel était en notre possession. Il y avait juste un problème : il nous fallait une victime. Humaine.
 
« Qui se sacrifie ? » Je demandais, naturellement, en me rasseyant sur mon fauteuil.
Bien entendu, aucun dévouement. Je soupirais.
« Vous faites chier. Pas question que ça soit moi : c'est mes chandelles qu'on utilise à chaque fois !!
-Et c'est moi ai qui préparé le sang. Répondis Gingka
-Moi, j'ai fermé les volets tout à l'heure !! Rétorquait King
-Hé bah moi... Ma mère est morte hier, alors j'veux pas que ça fasse une hécatombe dans ma famille... En plus, ma connasse de tante va mourir aussi, elle est à l'hosto. Donc, pas moi. » Finis Sora
 
          Je levais les yeux au ciel, exaspéré. La raison de Sora était bien évidement la plus pourrite. Il n'avait rien eu à faire !!! A moins qu'il n'ai glissé de l'antigel dans la soupe de sa mère. Alors là, raison valable. Mais même. Nous allons donc devoir procédé à la courte-paille. Bande de salopard. C'est pas sympa de pas penser aux autres !! Mais bon, ça fait rien puisque qu'à tous les coups, ça va être Sora qui devra se sacrifier. C'était à chaque fois lui qui transportait les cadavres alors qu'on s'occupait de creuser pendant qu'un autre surveillait si le gardien du cimetière était là. C'était toujours lui aussi qui courait le moins vite, donc il se faisait toujours arrêter alors qu'on fouillait dans les poubelles des cliniques, à la recherche d'un bébé bien frais. Mais, soudainement, une idée me vint en tête. Je souris. Ce siège me donnait vraiment de bonnes solutions !!!! « C'EST LE SIEGE DE SATAN !!! », je pensais. En me relevant, tout triomphant, je m'exclamais alors que mes amis étaient en train de préparer le matériel pour le tirage au sort :
 
« ON A QU'A AIDER LA TANTE A MOURIR !!"
 
          Tous les regards se posèrent sur moi. Ils mirent quelques secondes à trouver que cette idée était formidable, comme je le pensais aussi.
Bien. Maintenant que la victime était trouvée, on avait juste qu'à concocter le breuvage qui pourra nous faire voir la faucheuse. L'effet de ce dernier était de deux heures. Nous auront largement le temps d'arriver à l'hôpital pour débrancher la pauvre dame.
Une fois la potion préparer, chacun en remplit généreusement son bol, pour que les effets soit optimales. Tout d'un coup et tous en même temps, nous buvâmes le breuvage amer. Une fois ce dernier avalé à la vitesse de l'éclair, l'envie de vomir me prit. Mais je me retenais au maximum de conserver le liquide dans mon estomac. Ce qui ne fut pas le cas de tout le monde : Sora succomba. Il dû reprendre de la potion, après avoir nettoyé ce qu'il avait rejeté. Ah là là...
 
          En route pour l'hôpital ! Tous joyeusement, nous nous étions vêtue de nos plus beaux habits. Bracelets à cloues, pantalon à chaînes... Nous étions vraiment tous au top. L'hôpital n'était pas très loin. Je souris. Cela voulait dire que notre nouvelle vie n'était pas loin, elle non plus. Si nous tenions vraiment à rencontrer Satan, c'est parce que nous avions une idée derrière la tête : vendre notre âme au diable. Pourquoi ? Eh ben, tout simplement car ce contrat vous permet d'obtenir la richesse, et la gloire !! Vous pouvez même vous retrouver avec d'incroyables pouvoirs surnaturels, comme le magicien Criss Angel. Bon nombre d'artistes l'on fait pour devenir célèbres, et nous comptions suivre leur chemin, par nos propres moyens. Nous avions bon leur envoyer des mails pour leur demander comment il fallait faire : il ne nous répondait jamais pour une raison inconnue.
 
Halloween était le seul jour de l'année ou nous passions « inaperçu ». Dans la rue, personne ne dévisageait ces quatre jeunes, au look tout sauf banal. Je me sentais heureux. Nous étions les rois du monde !!
 
          Je passais devant mes amis pour entrer dans l'hôpital. J'avais très rarement été à l'hôpital, c'est Gingka qui dû m'indiquer l'accueil. Avec son tact naturel, Sora préférait parler, lui demander dans quelle chambre se trouvait sa tante. La secrétaire semblait un peu déroutée par l'enthousiasme de Sora, étant donné que sa tante était sur son lit de mort. Malgré tout, elle nous indiquait quand-même la chambre. Chambre 490. Pour nous rendre à cette dernière, je décidais d'emprunter l'ascendeur. Mes amis me suivirent, aussi impatients que moi. Une fois à l'intérieur et lorsque les portes furent closes, on s'amusait à sauter dedans alors que ce dernier était en train de monter. Sora était terrorisé, il avait peur que le câble lâche et que nous nous retrouvions enfermés dedans, recherchant désespérément un peu d'air. C'était marrant de le voir aussi inquiet, et de l'entendre nous hurler d'arrêter. Nous stoppions toutes plaisanteries lorsque l'ascenseur arriva à destination. L'air de rien, nous traversions les portes en nous aventurant dans les couloirs à la rechercher de la fameuse chambre, laissant Sora un peu derrière, tremblant.
          La voilà. Juste devant nous se trouvais la porte de notre destin. En souriant, j'ouvris cette dernière. Je constatais avec surprise qu'un individu était là, assis auprès de Mme la tante de Sora dont le nom m'avait échappé.
 
          Il était tranquillement en train de feuilleter un bouquin, ne prenant même pas la peine de lever les yeux sur nous. Ses yeux bleus surplombaient de profondes cicatrices en formes croix qui se baladaient sur les pages du livre. Il était vêtue d'une longue veste noire baillante, dont la capuche reposait sa tête, sur ses cheveux verts coiffés à la va-vite. A côté de lui, une faux dont la lame brillait de mille-feux qu'il avait négligemment posés sur le sol. C'était alors lui, la faucheuse ? J'étais un peu de surpris que ça ne soit pas qu'un squelette. Je m'approchais de lui sans crainte, alors que mes amis préféraient rester à l'écart. Je suis leur boss. Alors, je lui demandais simplement :
 
« Hé ! T'es la faucheuse ?? »
 
Non surpris de ma question, il se contenta simplement de me faire le signe « oui » de la tête, les yeux toujours posés sur son bouquin. Un sourire malicieux se dessinait soudainement sur ses lèvres, avant qu'il ne pose son regard sur moi en me demandant :
 
« Tu veux que je te le prouve ? »
 
Je voyais ce qu'il voulait dire par là. La faucheuse était joueuse, elle n'hésiterait pas à tuer l'un d'entre nous pour épater la galerie. Vraiment, cette faucheuse m'amusait beaucoup.
King n'hésita pas à s'approcher du corps à moitié mort de notre victime. Il trifouilla les câbles avant de trouver celui qui prévenait les infirmières au cas où la personne mourrait ou si un quelconque problème arrivait. Il le débranchait sèchement, en continuant d'explorer les fils médicales qu'ils l'amusant tant. King avait tout d'un psychopathe à ce moment là. J'étais plutôt fier de lui.
 
Il diminuait le taux de morphine qui circulait dans le sang de la presque morte avant de débrancher chacune des machines, une à une. Sora et Gingka, froids, regardait le spectacle. Il regardait la tante s'éteindre à petit feu avec un sang froid admirable. Ils m'impressionnaient, ils étaient forts.
La faucheuse se leva enfin. Blasé de son job, elle saisit sa faux d'une main, puis s'avança vers la dame. Mais avant, je m'interposais.
 
« Attend, attend ! On a un service à te demander »
Il haussa un sourcil, avant de me questionner, pas convaincu :
« Lequel ? Que j'me marre un bon coup. »
Je lui fis part de notre plan. Il n'avait qu'à nous escorter gentiment en enfer, pour que nous puissions aller voir le diable pour lui vendre nos âmes en échange de tout ce que nous désirions. Ensuite, il nous ramènerait sur Terre. A l'annonce de notre infaillible stratagème, il explosa de rire. Enervé et vexé, je m'exclamais :
« Je peux savoir ce qu'il y a de drôle ?! Des milliers de gens l'ont fait !!!! »
Il parvint enfin à se calmer, avant de me répondre :
« Ouais, mais leur âmes à eux, elles avaient de la valeur. »
 
Il baladait ses yeux sur chacun d'entre nous avec un petit sourire moqueur. Lucifer ne voudra pas de nous une fois que nous serons morts, alors... ? Sommes-nous trop inutiles ?
 
« Aller, quoi !!! Accepte !!
- Ca me pose pas de soucis. Il commençait avant de sourire de plus bel, c'est plutôt Lucifer qui voudra pas. Il est très versatile ! »
 
Il avait beau nous déconseillé de le faire, j'étais plus déterminé que jamais. Nous étions si proches du but... ça faisait tellement longtemps que nous en rêvions. Je suis sûr que le diable acceptera !! Par contre, mes amis semblaient un peu découragés. Commençaient-ils à avoir peur ? Pas maintenant, quand-même... En voyant mes yeux plein de volonté, il finit par accepter, même s'il ne semblait pas croire en nous. Il me contournait puis s'approcha de la victime. En fermant les yeux, il brandit son arme, et... Lui déroba son âme. Aussi simple que ça. EN ROUTE VERS L'ENFER !
 
Les Enfers, 20h35.
 
          Désormais sur une barque qui flottait sur le bord d'un fleuve, on ignorait comment on avait atterrit ici. On avait sûrement été téléportés. La faucheuse, faignante, se vautra bien au fond de cette dernière, puis nous ordonna de ramer. Son argument était : « Démerdez-vous, c'est vous qui voulez aller voir Satan alors voilà. » A l'aide de rames de bois, on ramait tous le plus rapidement qu'on le pouvait. Des tas d'autres bateaux faisaient la traversé avec nous. Un peu surpris de toute cette foule, je demandais à notre escorteur combien il existait de faucheuses. Il haussa les épaules, puis répondit :
 
« Oh, j'sais pas moi... Des millions. »
Des millions. Incroyable, je n'aurais jamais pensé. Lors de la traversée, tout le monde était silencieux. On aurait dit qu'ils regrettaient.
« Aller, souriez les mecs... On fait que de passer. Après, on retourne sur terre et voilà !! »
Ils ne semblaient guère convaincus. Je soupirais, continuant de ramer. Les mecs, c'est pas cool...
 
          Une fois le lac traversé, on pénétrait dans un tunnel bloqué par le cerbère. Ce dernier fut vite intercepté par la faucheuse, (qui nous avait révélé son véritable prénom, Kyoya) qui lui fit cadeau de trois gros os en échange de notre passage. Les alentours étaient inquiétants. Par moment, nous dûmes faire attention pour ne pas mettre un pied dans une flaque de lave. Enfin, après un petit moment de traversé, nous nous arrêtions devant une gigantesque porte. Ses contours et ses deux imposantes poignées étaient ornés d'or. Tout simplement magnifique. J'en déduisais que c'était là que restait Satan. Je souris. C'était tout proche !!!
Kyoya poussa la porte avec une facilité déconcertante. Il s'enfonçait dans la salle, suivit de près par nous quatre qui ne le lâchaient pas d'une semelle. Nous découvrîmes la merveilleuse demeure du porteur de lumière. Elle était splendide. Plusieurs jacuzzis s'y trouvaient ainsi que toute une multitude de gadgets. Par exemples, des filmes pornographiques s'entassais à côté du lecteur CD d'un énorme écran, ce qui me fit froid dans le dos. Un bar était à côté, remplit de bouteilles dont je n'avais aucune idée du contenu. Tout pour se distraire. Kyoya nous accompagna vers une salle un peu à l'écart où il rentra, sans même toqué.
 
« Hey, Ryuga. T'as des invités. » S'exclamait-il, un peu blasé.
 
Je fus un peu choqué de la manière dont il lui parlait, mais ne fit aucun commentaire. Enfin, si ce mec était Satan... Parce qu'il n'en avait pas vraiment l'air. Il avait de grand yeux jaunes injectés de sang, et ses cheveux était blanc, dressé sur sa tête. Une mèche rouge décorait également ces derniers alors que des cornes lui sortaient de la tête. Il possédait également de grande ailes, rouge aussi, dans son dos. Avachit dans son trône, il peinait à se redresser correctement et dû s'y prendre à plusieurs reprises.
Stop, stop, stop. C'est ça Satan ?! Du foutage de gueule, je dis. Ce type n'avait rien du dieu que j'avais admiré pendant tant d'années... ! Il était... Tout sauf terrifiant. Il m'attirait même un peu de pitié. Quelques seringues reposaient à ses pieds. Le diable était un drogué, et il puait l'alcool. C'était bien loin de toutes les autres représentations que je m'étais faite de lui... Je m'avançais vers lui avec anxiété, de peur qu'il me rejette, en lui demandant cash :
 
« On peut faire un pacte avec vous ? Vous vendre nos âmes ! »
 
Il ne comprit pas ma question, totalement dans les vapes. C'est Kyoya qui dû la réitérer à plusieurs reprises, avant qu'il ne se décide : « Non, dégagez sinon je vous fais brûler ». Tout simplement. Mais je n'allais pas m'arrêter là !!! A présent à ses pieds, je l'implorais presque, lui évoquant tout ce que mes amis et moi avions fait pour pouvoir arriver jusqu'à lui. Il semblait s'ennuyer et n'avais pas l'air de vouloir accepter, mal gré mes supplication. Au bout de quelques minutes, il s'exclamait :
 
 « Bon, ok j'veux bien mais faut un sacrifice. Qui se désigne ?
Révolter, je petais littéralement un plomb
- Hein ? Mais c'est pas juste, ça !! On a déjà sacrifié la tante !
- TA GUEULE sinon je fais rien, mortel de merde.
Conscient que j'avais été trois loin avec mon idole, je m'excusais platement.
- Rahhh bon ok. Excusez-moi... » Je me tournais vers mes camarades « Qui a une autre tante ?
- Non, j'crois pas, non. Bon, personne ne veux se désigner. KYOYA, VA LES METTRE EN PRISON.
En prison. Mes yeux et ceux de mes camarades s'ouvrirent en grands.
- Quoi ?! Mais... ! Je tentais de répliquer avant d'être coupé par Kyoya
- A vos ordres. »
 
Alors que nous étions près à nous enfuir, des menottes, reliés chacun les unes aux autres se matérialisèrent autour de nos poignés. Nous avions beau protester et nous débattre autant que nous le souhaitions : nous ne pouvions rien y faire. Elle était très incassable. Tout comme la volonté de notre maitre...
 
          En sortant, tiré par Kyoya, je jetais un dernier regard à Lucifer en lui suppliant de nous laisser partir, en échange de n'importe quoi. Il n'eut aucune réaction, à part celle de prendre une autre seringue avant de se l'enfoncer dans les veines. Les yeux brumeux, nous quittions la demeure de monsieur Satan avant de nous mettre en route pour la prison.
Dans notre grande cellule, il n'y avait rien. Le sol était très dur, et les murs étaient couverts de piques pointus. Donc, impossibilité de nous adossé à ces derniers au risque de finir troué. Tous debout, nous attendions tranquillement que quelque chose se passe. On était anxieux de ce qu'il allait nous arriver et méfiant, à cause de toutes les horreurs que nous avions lu sur l'enfer, à quel point ce qui s'y passait était monstrueux. On avait peur de faire le moindre mouvement, même de s'assoir, tellement nous savions que l'enfer était un endroit épouvantable. Sora, qui était resté si fort jusque là, n'arrivait pas à retenir ses larmes. On se contentait juste de le regarder se ridiculiser, sans sourires, n'éprouvant aucune empathie à son égard. Après tout, comme il est écrit dans la bible satanique : notre propre dieu, c'est nous même. Mais pourtant, je ne pouvais pas ne pas vénérer Satan. Même s'il n'était pas des plus aimables avec nous et des plus cool... On avait fais le déplacement exprès pour lui, et voilà comment il nous remerciait !
 
Au bout d'une dizaine de minutes, Sora s'était enfin calmé. Personne ne lui adressait la parole, tout simplement parce qu'aucun d'entre nous n'avait songé à essayer, de peur qu'il nous arrive quelque chose. Mal gré le doute, King fut le premier à émettre un son. Un « hé » qui résonnait dans toute la pièce. Soulagé, je me mis à m'exclamer, désireux de me casser d'ici. :
 
 « Hé les mecs... Halloween, c'est bien le seul jour ou on peut passer d'un monde à l'autre, hein..?
- Euh... Ouais ? Répondait King, ne voyant pas où je voulais en venir.
- Si on ne trouve pas de solution très vite, on risque de devoir attendre encore un an avant de pouvoir s'en aller...
- Ouais... c'est chaud. » Soupirait Gingka.
 
Sora se remit à pleurer. J'avais un peu de pitié pour lui, et moi aussi j'avais même un peu envie de pleurer... Mais je devais me retenir. Pour montrer l'exemple aux autres. Regardant droit devant moi au travers des barreaux, je tâchais de ne montrer aucune émotion, surveillant Sora d'un coin de l'½il. Un très mauvais pressentiment me fit frissonner de la tête aux pieds.
« On va pas s'en sortir... On va tous mourir !!! »
 
          Il ne cessait de répéter ces termes, puis finit par se laisser tomber sur le sol. Je me tournais vers lui, je sentais que quelque chose allait arriver. Gingka s'accroupi à son niveau et posa sa main sur son épaule pour soutenir le pauvre blond, totalement perdu et terrorisé. Mais soudainement, alors que Gingka se relevait en soupirant, le sol sous Sora devient mou. Que... Qu'est-ce que c'était que cette merde ?! Mon premier reflexe fut de m'écarter au maximum de lui, craignant que ce qui se passait ne m'atteigne. Sora se regarda s'enfoncer dans le sol avant tenter de se mettre debout. Mais c'était trop tard : le sol qui était désormais venu du sable mouvant juste autour de lui l'aspirait vers le fond. J'étais incapable de bouger, trop choqué par la situation. Gingka se trouvait dans le même état que moi : il restait planté en regardant notre pauvre ami s'enfoncer lentement. Sora tentait de se débattre, mais nous savions éperdument tous que ses cris et ses appels à l'aide ne l'aiderait pas. King s'approcha à 4eme vitesse de lui puis lui attrapa par-dessous les bras. Avec toute sa force, il tentait de le sortir de se pétrin, mais il n'y arrivait pas. C'était affreux de les voir lutter... Pour rien. Notre pauvre ami avait du sable jusqu'au cou. Il allait mourir ; s'enfoncer vers je ne sais où... Des larmes déversèrent mes joues alors que je l'entendais supplier King de le lâcher. Mais le bleu répondait avec toute la volonté du monde et usant de toutes les forces qu'il avait : « Non ! Je ne te lâcherais pas !! Jamais !!!! » Mais c'était trop tard. Il en avait jusqu'au cou. Sora s'était arrêté de se débattre alors que King faisait tout pour essayer de trouver un point d'accroche. En vain. Notre camarade ferma les yeux une dernière fois avant de disparaître totalement...
Je pleurais. Je m'en foutais de ce qu'il pouvait penser de leur chef : Sora était quelqu'un d'extrêmement précieux pour moi. Le sol redevint normal juste après. Il ne restait plus aucune trace de notre petit Sora. King et Gingka étaient dans le même état que moi. Je me sentais pitoyable. J'avais tant rigolé avec la mort, comme si ce n'était rien qu'un jeu... Mais non. C'était réel, et... Un de mes meilleurs amis venait de périr, juste parce qu'on avait eu un égo trop démesuré pour aller le prendre dans nos bras lors de sa détresse. Je pleurais en silence, alors que les deux camarades qu'il me restait pleurait bruyamment et sans retenu. Ils se prirent dans les bras alors que moi, je restais là, à l'écart. J'avais aussi affreusement envie d'un câlin, mais j'avais comme l'impression qu'il me prenait comme responsable de sa mort. Après tout ; ils avaient raison... Tout était de ma faute.
          Mais ils ont su me pardonner en allant me prendre dans leurs bras quelques secondes après.
Sans même que nous ne l'ayons remarqué, diverses choses avaient apparu dans notre cellule. Une table pleine de nourriture était dressée juste dernière nous et une exquise odeur s'y dégageait. Des magazines (dont je ne souhaite dévoilé le contenu) était posé en vrac, à côté d'un lit bien douillé. Je regardais mes amis, l'air de leur dire qu'il ne fallait pas tomber dans ces pièges.
 
 « Hé les gars, il doit bien avoir un lien entre tout ces trucs... » Je leur disais, posément.
King analysait chacune des pistes.
« Le lit... C'est la fatigue, non ? Ou la flemme... » Il nous demandait, en pointant du doigt ce dernier.
J'acquiesçais. La flemme, la fatigue, ouais... Au tour de Gingka d'analyser.
« Bah... La bouffe, c'est... Oh, c'est un hamburger ?? »
Il s'approchait de ce dernier avec envie, et fut vite rejoint à King et moi qui devions le protéger au maximum, malgré que nous restions tout de même un peu à l'écart de la table, comparé à lui qui n'avait pas peur de carrément s'y coller.
« Attend, Gingka ! Je ne crois pas que c'est... »
Mais voilà qu'il avait déjà avancé sa main vers l'hamburger. Nous nous attendions au pire lorsqu'il croqua dedans, mais rien de tout cela ne se passait.
« Miam miam ! C'est... ça a toujours été comme ça que je souhaitais mourir, vous savez...»
King et moi nous jetions un regard, affolé. On avait l'impression que notre ami devenait fou et nous ne comprenions pas vraiment ce qu'il voulait dire par là... Un peu inquiet, je lui ordonnais en agrippant fermement son bras :
« Bon, Gingka, arrête maintenant... »
Mais il avait déjà engloutit son sandwich. Alors qu'il s'apprêtait à reprendre une assiette, il nous déclarait :
« Les mecs, ne touchez à rien... Tout ça ; tous ces pièges... Ce sont... les sept pêché capitaux... » Il marqua une pause pour se remettre à pleurer. Il peinait à articuler, mais il poursuivait :
« La luxure...L'envie... La paresse... » Nous l'entendions avoir un petit sourire avant de dévoiler le prochain « et bien entendu... La gourmandise... » Il pleurait doucement.
Gingka... » Mes yeux me picotaient de nouveau. Un ami allait une fois de plus mourir...
- C'est... Le meilleur hamburger... Que j'ai jamais mangé... »
 
Il en saisit un autre. Mais avant qu'il n'ai eu le temps de le porter à ses lèvres, il fonda doucement pour ne devenir qu'un tas d'os et de poussière.
King et moi étions sous le choc. Mais la mort de Gingka avait été si rapide que nous espérions qu'il n'avait pas trop souffert...
Les 7 péchés capitaux. Voilà donc ce que Satan tramait...
          Je peinais à rester debout. Mon estomac gargouillait, et mes crampes étaient horribles. C'est King et ses muscles d'aciers qui dû me maintenir debout. Il était vraiment génial, vraiment top... C'était la seule personne au monde qu'il me restait.
          Nous attendions comme ça un petit bout de temps. Je ne savais guère comment King faisait pour rester debout avec un fardeau en plus. Mais il ne laissait transparaître aucune émotion sur son visage. King était le plus fort de nous tous, psychologiquement et mentalement. C'est lui qui aurait dû être le chef... Je sais qu'il n'aurait jamais eu l'idée de faire ce que j'ai fais. Mais mal gré tout... Il ne semblait pas m'en vouloir.
King m'attrapait par les épaules et me serrait fort contre lui. Cette épreuve nous avait tous les deux changés : elle nous avait permis d'hôter le masque d'indifférence sataniste qui pesait sur notre visage pendant tellement de temps... Je me sentais humain et moi-même. Je laissais mes yeux parler pour ce que je ressentais. Une putain de culpabilité et de tristesse.
Au bout d'un moment, Satan arriva avec le plus grand des naturelles. Il se posta simplement devant notre cellule en nous observant avec un sourire moqueur.
 
« Bah alors ? Ils sont où vos amis ? »
Il prenait un air innocent, comme s'il ne se doutait de rien. Je sentis les muscles de King se contracter et ses dents se serrer. King... Tu es celui qui tient le plus à nous.
« Ferme-la, Lucifer. Tu sais très bien ce qu'il s'est passé »
Il sourit à nouveau, un regard malicieux sur son visage.
« Bien sûr. C'est moi qui ai eu l'idée de ce petit plan... » ses lèvres se fendirent en un rictus amusé, laissant apparaître ses grandes dents pointus « Histoire... D'éliminer les plus faibles. »
 
La goutte de trop. Mon ami me lâcha soudainement pour venir coller son visage aux barreaux, tentant désespérément d'atteindre le diable avec ses bras, qui le narguait. King, pour peu qu'il se faisait provoquer par lui, n'hésitait pas à vouloir s'attaquer au seigneur des Enfers, alors que moi, j'en étais tout bonnement incapable. Je restais donc planté là, à le regarder, à admirer tout son courage et tout son dévouement en silence, manquant de tomber plusieurs fois à cause de ces foutus crampes. Le blanc s'approcha lentement de lui, rigolant à gorge déployé. Je craignais le pire. Mon esprit m'ordonnait de rejoindre mon ami, mais mes jambes tremblantes en étaient dans l'incapacité.
 
« CE SONT PAS DES FAIBLES ! ILS SONT FORTS, ILS SONT FORTS, BORDEL !!!! Le vrai faible, c'est toi !!! Tu n'es qu'un faible, tu... Tu prends plaisir à regarder les autres mourir, tu... Tu... Tu es vraiment le diable... Il ne se retenais pas de pleurer, mais il était en rogne. Il était terriblement énervé.
- Et toi, tu es juste terriblement pitoyable. Il sourit. Imbécile d'humain !! 
- NON !!!! »
 
Ryuga aggripa ses mains musclés autour du cou du bleu, plus le serra le plus fort qu'il le pouvait. Je lui hurlait d'arrêter, mais il n'en fit rien. Mon camarade luttait pour respirer, tentant de se débattre. Mais en vain. Satan le lâcha au bout d'une dizaine de minute. La colère est un péché capital...
           Je ne pouvais m'empêcher d'hurler. Toutes mes pensées étaient totalement désorganisés, je n'arrivais plus à me calmer. Je m'effondrais sur le sol, qui, avec surprise, restait dur et froid. Je rempais avec difficulté jusqu'au corps de mon ami en l'enlaçant, en le serrant avec toute l'amour du monde. J'embrassais doucement sa tête, ses cheveux, sa figure avec tout l'amour que j'avais. J'avais juste envie de mourir. Au bout de 5 minutes, le corps du bleu disparu alors que j'étais en train de déverser mes larmes dessus. Je relevais la tête, toujours pas calmé, remarquant Kyoya qui penetrait dans la cellule.
 
« Aller. Renmène-le. » Fit le seigneur des Enfers à Kyoya, en parlant de moi.
 
Je posais mon regard sur Satan qui me tendais un contrat. Un contrat... Un contrat lui vendant mon âme. Les yeux écarquillés, la voix cassée par les cris et le visage couvert de larmes, je disparu rapidement.
 
Le manoir, 3h12 du matin.
 
          J'atterris dans notre repère, dans le salon. Enfin, je devrais plutôt dire « ancien repère »... Les chandelles étaient maintenant éteintes, mais seule une n'était pas usée. Mon corps tremblait de tous ses membres : j'étais traumatisé. Je constatais avec surprise que Kyoya ne partait pas immédiatement, il alla simplement s'installer dans mon fauteuil. Il me regardait avec son air froid habituel, sans me dire quoi que ce soit. Malgré que les larmes n'avait cessé de couler, je trouvais la force de lui adresser un dernier sourire. Faiblement, je me rendis dans l'entrée pour prendre le bocal remplit de sucre d'orge que nous avions fait. Un à un, et jusqu'au dernier, je les avalais sous le regard éc½uré du vert. Je n'arrivais même pas à sentir l'effroyable goût de ces horreurs, tant j'étais affecté et perturbé par les événements récents. Mon estomac ne rejetait même pas ce que j'avais gobé, il n'en voyait sûrement pas la peine. Je n'arrivais même plus à réfléchir sur ce que j'allais faire. Ceux que je considérais comme ma famille venait de m'être retirée. Sous mes yeux. A cause de mon putain de désire de gloire et de fortune. Je n'en avais fait qu'à ma tête, et je n'ai même pas été capable de les protéger. Pourtant, ils m'appelaient tous fièrement « chef ». Alors, j'estimais que je ne devais en aucun cas jouir de mes nouveaux privilèges, et finir comme eux : mort. Tout ceci n'aura servi vraiment à rien, au final...
Kyoya me suivait alors que je descendais dans le garage. Il ne me demanda pas ce que je faisais, sans doute il devait s'en douter. Mes muscles étaient capables de soulever un bidon d'essence grâce à l'énergie puisée dans les excréments de chauves souris. Aucun gamins ne viendrait m'embêter à cette heure-ci, et de toute façon, Gingka et Sora s'étaient chargés d'exploser la sonnette...
         Après avoir arrosé le manoir avec l'intégralité du stock d'essence que nous avions volée auparavant, j'étais près à mourir. J'avais souvent pensé à la façon dont j'allais mourir. Les autres et moi, je parles de nous quatre, King, Sora, Gingka et moi, on s'était tous mis d'accord sur un suicide collectif lorsqu'on commencerait à devenir vieux, à l'aide d'un flingue, et dans un lieu public pour faire chier tout le monde jusqu'au bout, histoire d'amuser les femmes de ménage.
 
Alors que j'allumais la seule chandelle qu'il me restait de celles que j'avais achetées et qu'on utilisait tout le temps, Kyoya se mit enfin à me dire gentiment :
 
« Je sais que c'est un peu tard, mais... Joyeux Halloween. »
 
Je souriais. J'étais heureux que Kyoya soit là. Je fermais les yeux, baissant la flamme jusqu'à mes pieds, et jusqu'à l'essence qui s'enflammait instantanément. 

Tags : OS Halloween - highway to Hell - Masamumu

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.198.210.67) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Masamumu

    18/12/2014

    Nem-de-torture wrote: "Oui j'avoue que c'était bien trouvé la faucheuse ;)
    j'aime bien le "j'ai un peu de mal à me mettre dans cette situation" x) Sans blague. Tous tes potes qui se font décimer devant tes yeux... :')
    Euh... Masamune est traumatisé... Et ben :3 ça va il a l'air de s'en remettre. Du moins il ne semble pas trop sur le point de mourir de tristesse.
    Ouais j'avoue :p Masamune Emo. Oh yeah.

    D'accord ;) Mais comme tu nous as fait un super OS d'Halloween, tu vas nous en faire un pour le Merry Christmas ? J'ai vu que Parodie-Beyblade avait commencé un truc. (Un truc genre calendrier de l'avent... Avec une dizaine de jour de retard x3) Tu vas nous faire un truc ? Avec le mumu gothico ? :p

    Nemi ~
    "

    AH merci :') *-* j'ai du talent t'as vus :p x3
    Ouais je sais... :') ça doit faire un choc. Je pense x) en fait on sait pas ! :3 si ça se trouve, c'est marrant x3
    BAH SI il se tue à la fin :3 mais ça va. Tranquille. Mais j'avoue avoir TRES MAL fait son côté traumatiser et tout x_x il essaye même pas de sauver son pote ! :') c'est normaaal. J'ai trop mal fait cet aspect là :3 vraiment
    AHHH mais c'est trop mignon je trouve :') Masamune en mode mini-gothique.. :') c'est adorable >v< :]
    NONN j'ai pas d'idée, franchement.. :/ :3 j'ai pas envie de forcé (ouioui y a un peu de fénéantise x3)
    Oh oui, t'as vus! :D le concept de PB est juste EXCELLENT !!! :D ouais, il a du retard mais faut pas lui en vouloir :/ il est occupé e chargé x3 c'normal qu'il fasse autre chose.

    BYE BYE nemi :DDD

  • Nem-de-torture

    18/12/2014

    Oui j'avoue que c'était bien trouvé la faucheuse ;)
    j'aime bien le "j'ai un peu de mal à me mettre dans cette situation" x) Sans blague. Tous tes potes qui se font décimer devant tes yeux... :')
    Euh... Masamune est traumatisé... Et ben :3 ça va il a l'air de s'en remettre. Du moins il ne semble pas trop sur le point de mourir de tristesse.
    Ouais j'avoue :p Masamune Emo. Oh yeah.

    D'accord ;) Mais comme tu nous as fait un super OS d'Halloween, tu vas nous en faire un pour le Merry Christmas ? J'ai vu que Parodie-Beyblade avait commencé un truc. (Un truc genre calendrier de l'avent... Avec une dizaine de jour de retard x3) Tu vas nous faire un truc ? Avec le mumu gothico ? :p

    Nemi ~

  • Masamumu

    03/12/2014

    Nem-de-torture wrote: "Ow... Ton Hadès est bien vulgaire :3 je sais que ça fait longtemps que Halloween est passé, mais je ne lis ton OS que maintenant. Désolé >< trop de travail.
    Je trouve que Kyoya est stylé dans cette histoire, même si je trouve qu'il accepte la requête des jeunes un peu trop facilement. Je trouve ton enfer assez bien pensé. Je n'aurais jamais songé à autant de faucheuse ^o^" Faut dire aussi, j'ai pas bcp d'imagination.
    La mort de Saura et de King est affreuse :'( Gingka, je m'y attendais x)
    Je trouve Masamune bien stoïque devant ce carnage x) J'ai un peu de mal à l'imaginer comme ça. Mais je trouve qu'il a la classe avec des vêtements noirs. Ouais ouais ouais. je l'imagine bien ^^ avec ses cheveux voir et tout, je trouve que ça le fait.

    Bref, j'ai adoré. Même si je suis un peu tristounet de constater que tu n'as pas avancé dans tes fictions ><
    Sur ce, à plus et bonne continuation ^^

    Tchus,
    Nem.
    "

    Hey ! :D ça fait longtemps :] merci pour ton commentaire !!! :D et merci de lire alors que ça date ce truc :')
    Bah, Kyoya c'est un blasé dans cet OS... x)) donc il s'en fous un peu de la vie. c'est le cas de le dire :') Le truc de tous les faucheuses, c'est dans une série où y a des morts qui trouvent un travail et ils deviennent des faucheuses x3 c'est un peu un truc à la con mais c'est assez marrant. :3
    Gingka il est trop chiant, il devait mourir :') King, ça m'a arraché le coeur de le faire mourir :( je l'aime trop ce p'tit.
    Bah, il est paralyser... :') j'ai un peu de mal à me mettre à la place des gens dans cette situation :3 c'est que c'est pas très commun comme scène, dans le fond. Mais Masamune, je voulais bien insisté sur le fait qu'il est traumatisé. :3
    Mumu avec des vêtements noirs c'est DKDBKENF. MAGNIFIQUE.

    Je suis déééésolé :x j'ai un peu la flemme :') mais promis je vais avancé !!!
    Bye bye petit neeeeem :D

  • Nem-de-torture

    03/12/2014

    Ow... Ton Hadès est bien vulgaire :3 je sais que ça fait longtemps que Halloween est passé, mais je ne lis ton OS que maintenant. Désolé >< trop de travail.
    Je trouve que Kyoya est stylé dans cette histoire, même si je trouve qu'il accepte la requête des jeunes un peu trop facilement. Je trouve ton enfer assez bien pensé. Je n'aurais jamais songé à autant de faucheuse ^o^" Faut dire aussi, j'ai pas bcp d'imagination.
    La mort de Saura et de King est affreuse :'( Gingka, je m'y attendais x)
    Je trouve Masamune bien stoïque devant ce carnage x) J'ai un peu de mal à l'imaginer comme ça. Mais je trouve qu'il a la classe avec des vêtements noirs. Ouais ouais ouais. je l'imagine bien ^^ avec ses cheveux voir et tout, je trouve que ça le fait.

    Bref, j'ai adoré. Même si je suis un peu tristounet de constater que tu n'as pas avancé dans tes fictions ><
    Sur ce, à plus et bonne continuation ^^

    Tchus,
    Nem.

  • Masamumu

    01/11/2014

    maboroshi-no-sekai wrote: "Evidemment :)
    Voui :) Bizarre mais pas impossible :p ;)
    "

    En effet, tout peux arriver... :o

  • maboroshi-no-sekai

    01/11/2014

    Evidemment :)
    Voui :) Bizarre mais pas impossible :p ;)

  • Masamumu

    01/11/2014

    maboroshi-no-sekai wrote: "Evidemment ;) Oui! J'aurais un nom de clan et tout <3
    C'est cool hein? Comme ça, tu te lasserais jamais d'eux puisque ce serait pas les mêmes personnes x) C'est vrai que ce serait étonnant quand même :)
    "

    Rohhh trop bien !!! ;D C'est toi qui sera le chef ;D
    Oh ouiiii ! *-* >v< trop bien. Ouais, ça serai bizarre :3

  • maboroshi-no-sekai

    01/11/2014

    Evidemment ;) Oui! J'aurais un nom de clan et tout <3
    C'est cool hein? Comme ça, tu te lasserais jamais d'eux puisque ce serait pas les mêmes personnes x) C'est vrai que ce serait étonnant quand même :)

  • Masamumu

    01/11/2014

    maboroshi-no-sekai wrote: "Pas faux :/ Mais, en même temps, un loup-garou c'est plus rapide qu'un humain et beaucoup feront comme s'ils n'avaient rien remarqué pour pas finir dans un asile :)
    En fait, tu poursuivrais une famille précise x) Sinon, c'qui peut être sympa aussi, c'est de hanter un seul lieu et d'attendre que les habitants déménagent (ils le font souvent quand les maisons sont hantées et les gens les rachètent parce qu'elles sont moins chères :) )
    "

    Ah bah oui, c'est évident :o x3 et ta maison ça sera une grotte stylé :3 où tu vivras avec ta famille loups garou blancs x3
    Ah ouaiiiis ! *-* c'est pas con ça >v< bah, je verrais sur le tas :3 de toute façon ça m'étonnerais que je devienne ça un jour x)

  • maboroshi-no-sekai

    01/11/2014

    Pas faux :/ Mais, en même temps, un loup-garou c'est plus rapide qu'un humain et beaucoup feront comme s'ils n'avaient rien remarqué pour pas finir dans un asile :)
    En fait, tu poursuivrais une famille précise x) Sinon, c'qui peut être sympa aussi, c'est de hanter un seul lieu et d'attendre que les habitants déménagent (ils le font souvent quand les maisons sont hantées et les gens les rachètent parce qu'elles sont moins chères :) )

Report abuse