1 tagged article Chapitre 4

La Magie Née de tes Doigts, chapitre 4 ! 19/04/2015


[Saluuut !
Je ne sais pas si j'aurais dû couper mon chapitre en deux ; il est plutôt assez long. Néanmoins, j'en suis fier, je l'aime beaucoup, je me suis beaucoup amusé en l'écrivant et j'espère que vous prendrez le même plaisir à le lire !! :D BONNE LECTURE ! Je kiff ma fiction]
 
« Futur projet professionnel : ................................................................................................................»
           Je butais sur cette question. Je haïssais au plus au point ces feuilles où il fallait remplir son nom, son prénom, son âge, sa date de naissance et tout le bla bla... Et là, j'en étais où il fallait écrire sur les pointillés quel était notre « projet professionnel ». Je laissais échapper un soupire de lassitude avant de poser mes yeux sur la fiche de King. Lui, il avait répondu : « LE BIG BOSS DU MOOONDE !!! » Je ne pu m'empêcher d'esquisser un sourire. Il ne prenait pas tout ça au sérieux, et il avait bien raison. Au final, je finis par rayer cette question préoccupante. Tout simplement.
          Lorsque la sonnerie retentit, King et moi nous empressions de ranger nos affaires. Aujourd'hui, nous étions mercredi ! La rentrée était passée depuis quelques jours, déjà. On s'était rapidement adapté aux lieux qui nous plaisaient beaucoup. King et moi étions très vite devenus ami ! Mais cette nouvelle relation n'était pas au goût de tout le monde : Gingka était jaloux comme un fou. Mais, il y a de quoi : j'avais tendance à le délaisser ces derniers temps. Je crois qu'il me faisait la tête... Il fallait que je fasse attention. Vraiment.
 
          Après avoir mangé, King et moi, tous excités, nous dirigeâmes vers le gymnase. Pourquoi ? Tout simplement pour aller m'inscrire au club de musique ! King avait la gentillesse de m'accompagner, comparé à Gingka qui disait vouloir emmener Sora (un nouveau de nos amis) au point accueil pour faire notifier sa carte de cantine défectueuse. Je pense plutôt qu'il ne voulait pas rester avec nous. Vraiment, il n'aimait vraiment pas mon nouvel ami.
          Je pénétrais avec impatience à l'intérieur du gymnase, suivit de mon camarade aux cheveux bleu. Ce dernier était vraiment gigantesque !!! Un terrain de basket, un autre de volley ou de badminton, une partie pour la gym... Et dernière, une salle de musculation était dissimulé. Soulever des poids pour avoir un corps de malade, ce n'était pas du tout mon truc. Mais le gymnase était, aujourd'hui, aménager avec une bonne trentaine de stands pour l'inscription des clubs. C'était top ! Après une vingtaine de minutes de recherche pour celui de musique, nous finîmes par le trouver. Une femme radieuse d'une trentaine d'année triait minutieusement les fiches d'inscriptions en souriant. Elle semblait avoir l'habitude de faire ceci et ça ne semblait pas l'ennuyer. Sans la moindre timidité, je m'avançais vers elle, la saluait avec un « Bonjour ! » dynamique accompagné d'un sourire, avant de piocher dans une des pile de feuille disposées sur la table. Je pris un des stylos bleus qui se trouvait à côté avant de me mettre à remplir cette fiche avec entrain. C'était sûr que c'était nettement plus agréable que celle du « projet professionnel » !
A mon grand étonnement, King en saisit une également. Il se penchait sur la table pour pouvoir bien écrire, puis posa son regard sur moi lorsqu'il sentait que je le dévisageais, ne comprenant visiblement pas son geste. Amusé, il me dit simplement :
 
« Bah quoi ? C'est quoi cette tronche ?? »
 
Ne prenant même pas le temps de répondre, je préférais lui arracher sa feuille des mains. Il laissa échapper un « hé ! » mais je m'écartais suffisamment pour qu'il ne puisse pas l'atteindre. Mes yeux lisaient à toute vitesse les réponses de mon ami sur la feuille.
 
« Alors comme ça tu fais de la basse ? Je savais même pas !!! »
 
Je tournais ma tête vers lui en souriant. Il me fit un clin d'½il, sans doute fier de lui. 
 
« Ouais mon vieux ! La guitare c'est pour les nazes. Tes cordes sont toutes fines...
-Hein ?! Répète ça, pour voir ? 
-T'as très bien entendu !!! Il me tira la langue en croisant les bras.
-Ouais, bah... Toi, t'as que 4 cordes ! Moi j'en ai 6 ! Je suis supérieur ! »
Et c'était partit pour un duuuuel entre musiciens plus ou moins expérimentés aux arguments plus ou moins bons. On s'était bien marrés, au final. Et le club comptait à présent deux nouveau inscrits !!
 
          Le club se déroulait tout les mercredis après-midi, et on avait une séance d'essai avant d'être définitivement inscris, pour voir si le club nous plaisait. Le premier « cours » était cet après-midi. J'avoue avoir été un peu anxieux de m'y aventurer seul, mais comme King s'y rendait avec moi, plus rien ne m'intimidait !!! Joyeusement, nous nous dirigions vers notre dortoir. Nous montons les escaliers à toute vitesse, puis, rendez-vous dans la piaule de King !!!
          Rapidement, il brancha sa basse pour me faire écouter son son, et pour me montrer son niveau. Sa basse était de couleur argenté, sa forme et ses courbes rappelait celle d'une guitare stratocaster. Son pickguard* était noir et brillait, à défaut du vernis de sa basse qui était mate. Il régla son treble et son middle, puis se mit à jouer. Son slap* puis les quelques notes graves qui suivirent me fit reconnaître directement la chanson qu'il jouait.
 
« Oh ! Attend !!! »
 
          Rapide comme l'éclair, je sortais dans le couloir à toute vitesse, puis je me rendis dans la chambre pour attraper mon ampli et ma guitare, sans adresser un mot à Gingka qui était allongé sur le lit. Je revins dans la chambre de King, brancha mon VOX* à ma guitare après avoir connecté ce dernier à une prise, puis King se remit à jouer. Dès que ce fut mon tour, ma guitare chérie et mes doigts entrèrent en scène. Je me calais sur le rythme de King pour pouvoir jouer en même temps, battant le tempo avec mon pied. On était parfaitement synchro, ça le faisait trop !! On chantant de temps en temps les paroles qu'on connaissait, sinon, le reste de la partie chantée était simplement marmonné, faute d'avoir un anglais solide et une mémoire suffisante.
 
« We gotta take the power back !! »
 
On s'éclatait trop. Certes, quelques notes étaient ratées parfois, mais il n'empêchait qu'on s'amusait beaucoup. A la fin de la musique, je fis un petit solo improvisé, toujours dans le style de la musique alors que King répétait éternellement son rythme. Mes doigts glissèrent sur les cordes ou en bloquaient certaines, je libérais tout l'étendue de mes connaissance avec cet instrument. Dès que j'eus finis, j'eus le droit à un petit applaudissement de la part de mon camarade.
 
« Bravo, man ! T'as géré ! »
 
Tout victorieux, je faisais le frimeur en me passant la main dans mes cheveux.
 
« Qu'est-ce que tu veux ? C'est inné ! »
 
Il eut un petit rire en lâchant un « Pfff ! » avant de poser ses yeux sur ma guitare. Il s'agissait d'une Ibanez aux « cornes » assez pointus, recouvert d'un vernis brillant pour faire ressortir sa belle couleur verte, tigré vers le milieu. Sa palette de son était plutôt large : elle pouvait très bien sans aucun problème passé d'un blues bien dépressif à un metal bien saturée, tellement cette beauté est polyvalente. Je souris en la regardant en me remémorant quelques bons vieux souvenirs passé avec elle.
 
« Hé ! Le club démarre dans 10 minutes !! S'alarma King en regardant sa montre.
-Sérieux ?! » M'écriais-je, remballant vite mon instrument dans sa housse.
King fit de même. Après avoir préparé nos affaires, direction le pôle artistique pour participer à la premier séance du club !
 
          Finalement, nous n'étions pas tellement arrivés en retard, étant donné que la prof n'était même pas encore présente. Comme nos camarades arrivés plus tôt, nous déposions au fond de la salle nos instruments parmi un tas d'autre disponibles pour l'emprunt (batterie, synthétiseur, guitares et autres instruments à cuivre...) C'était incroyable comment cet espace était grand. Les murs était recouvert de mousse insonorisante, ainsi nous pouvions faire autant de bruit que nous le voulions sans pour autant déranger la salle de théâtre d'à côté. Au centre de la pièce, des chaises étaient aménagées et disposées en arc de cercle comme pour former comme un orchestre. Un peu comme des touristes, nous nous installions au fond de la rangé, surexcités. Quelques personnes étaient déjà présentes, droites comme des i sur leur chaise, tendus au possible. Je crois que j'aurais été dans le même état si j'étais venu tout seul ici, mais ce n'était pas le cas. Je jetais parfois quelques regards vers la porte d'entrée, me demandant si Kyoya allait venir ou pas. La prof finit par arriver avec dix bonnes minutes de retard, et toujours pas de trace de Kyoya. Pfff, pourquoi avoir pris sa guitare si ce n'était pas pour s'inscrire au club ?! Si ça se trouve, il était nul et c'était juste pour attirer les filles qu'il l'a emporté !! Sûr que c'est ça. Obligé !
          Mme Levieux nous expliqua tout le programme de l'année. Nous allons tenter de faire une compilation de quelques musiques de films pour pouvoir les exposer à toute l'école pour le concert de fin d'année. King et moi étions tout excités à cette idée, nous nous imaginions déjà sur le devant de la scène, la lumière des projecteurs nous rendant presque aveugle, avec tous les applaudissements des élèves...
 
« Trop classe... Mais faut pas déconner, ça va être du Pirates des caraïbes. Pas un putain de truc. »
 
J'haussais les épaules, constatant en effet qu'il n'y avait pas à s'extasier pour si peu. Pourtant je ne pouvais pas m'empêcher d'être tout impatient à l'idée d'être une star.. L'instant d'un soir. Oh là là. J'avais hâte !!! Tellement !!
 
L'heure était passée à toute vitesse. Réellement, on avait eu le temps de ne rien faire du tout. King et moi sortions du bâtiment en discutant du concert de fin d'année et de ce que l'ont allait faire cet après-midi.
 
« Tu viens dans ma chambre ?  lui demandais-je en souriant, la main accroché à ma sangle de guitare.
-Ouais, bien sûr ! Répondit-il en souriant. On pourrait aussi trouver un plan pour se venger de Kyoya !! »
Mon sourire s'élargit à ces paroles. Il avait raison, nous allions nous venger de Kyoya !! Restait encore à savoir comment... En tout cas, je voulais lui montrer clairement que je n'avais pas tolérer l'humiliation qu'il m'avait fait subir ! Tu vas voir, Kyoya !!
 
          Le long chemin jusqu'au bâtiment des chambres se fit en musique. King avait programmé sur son téléphone une playlist avec des musiques à se damner. J'aurais sautillé en dansant jusqu'au dortoir si je n'avais pas eu ma guitare dans le dos. Ah là là ! La vie en musique est tellement plus belle !!!
King me guida jusqu'à ma chambre auquel le numéro m'avait échappé. J'ouvris la porte et me retrouva avec un Gingka étendu sur son lit qui feuilletait une BD silencieusement. Il baissa son ouvrage pour nous regarder mon ami et moi, puis une expression agacé se fit ressentir sur son visage qui était habituellement si joyeux. Nous pénétrions dans la pièce.
 
« Salut Gingka ! » Le saluais-je, faisant abstraction du fait qu'il était contrarié. « On va tenter de trouver un plan pour se venger de l'horrible Kyoya ! On l'a appelé le plan anti-K ! Tu veux nous aider ? » Lui demandais-je en souriant, sachant pertinemment qu'il refuserait étant donné que King était dans le coup.
-Non merci, fit-il en s'efforçant de sourire. Mais j'ai des trucs à faire...
Il s'extirpa de son lit et se dirigea vers la porte, emportant avec lui son sac de cours.
-Salut Gingka ! Lui fit King avant que le roux ne lui claque la porte au nez.
King avait l'air déçu de ne pas plaire à mon meilleur ami.
-Aller, t'inquiète, c'est le temps qu'il s'habitue à toi !! »
 
          Des tonnes de feuilles de papier étaient roulées en boule dans tous les coins de la pièce. King et moi avions recherché comme des dératés un plan, mais aucun ne s'était avérer être concluant. Nous étions à présent allongés par terre, les yeux rivés sur le plafond, fatigué d'avoir fourni un tel effort de recherche machiavélique en vain.
 
« On n'a qu'à bloqué sa porte avec du chewing-gum... ? Proposa King, pas très convaincu.
-T'as vu ses bras ? Il serait cap de l'arracher d'une main s'il voit qu'elle s'ouvre pas... » lui répondis-je en soupirant.
Il soupira aussi.
« Ah !! On lui vole sa guitare !! Retenta King, plus enthousiaste.
-Hein ?! Ah, ça non c'est trop horrible ! Répliquais-je, mort de trouille à l'idée qu'on me fasse la même chose.
-Ah ouais... Il réfléchit un moment, jusqu'à ce qu'il eu trouvé l'idée du siècle et se redressa soudainement. Je sais qui pourrait nous aider !! »
 
          L'individu en question était un petit nommé Yu qui était un vrai saligaud à en croire les propos de King. Il connaissait tout et tout le monde ici, c'était une sorte de petit génie.
         Il nous a conseillé tout un tas de truc, et nous l'avons écouté à la lettre, tout obéissant. Un sourire plein de cruauté et de pouvoir se dessinait souvent sur mes lèvres quand il évoquait toutes ses idées géniales. Ce petit était un véritable petit diablotin. Je l'adorais déjà.
 
          Le samedi même, tout était près. La journée de Kyoya allait être un véritable enfer.
          Nous nous étions levés de bonne heure pour les préparatifs. King avait dormi avec moi cette nuit-là et Gingka ne s'était pas gêné pour lui faire des réflexions. A 5h30 du matin, armé d'un petit sac en plastique et de gants dérobés au laboratoire, nous nous habillâmes de vêtements noirs pour plus de discrétions avant de nous extirper de notre chambre, épingle à cheveux en main. Une fois arrivé en bas, King avec son habilité déconcertante et sa facilité à faire ce geste, glissa cette derrière dans la fente de la serrure avant que cette dernière ne s'ouvre. Un léger sourire aux lèvres apparus sur mon visage : nous étions près.
 
          Le petit déjeuné était servit et présent de 7h30 à 10h le samedi. Cela ne faisait pas moins de 10 minutes que King et moi étions sur le pas de notre porte, guettant le moindre grincement d'une poignée de porte. Quand Kyoya et son colocataire iront manger, nous pourrons passer à l'action !! C'était assez difficile pour nous de rester silencieux pour ne pas nous faire remarquer. On était surexcités.
          9h45. On pouvait dire qu'ils attendaient vraiment le dernier moment... Enfin, nous entendions la poignée de leur porte de chambre s'ouvrir. Nous nous refugions dans la mienne, les dents serrées pour étouffer nos gloussements. Nous attendions quelques minutes pour nous assurer qu'ils s'en aillent avant de foncer dans leur piaule sans même regarder le numéro de chambre, de gros plastiques bien lourd et d'une odeur dégoutante dans chaque mains.
Je refermais avec précautions la porte. Les deux lits étaient tout deux défait, nous devions veiller à ne pas remettre la couverture sur eux par inadvertance. Nous soulevions le léger tissu qui créait une protection entre le matelas et le dormeur avant de tartiner à même le matelas le caca d'ânes ramassé précédemment. C'était machiavélique, c'était immonde, mais qu'est-ce que c'était génial ! Ils sentiront l'odeur pestilentielle en arrivant, mais si par miracle ils se couchent dans leur lit, ce dernier leur paraîtra sans doute plus mou ! Grâce à notre technique, ils n'y verront que du feu.
Morts de rire, nous quittâmes la chambre rapidement et discrètement avant de se féliciter avec une tape dans la main.
          A toute vitesse, je fonçais au réfectoire, suivit de près par King. On y retrouva Yu entouré de tas de gens de tous âges et de tous sexes. Tous avaient les yeux rivés sur Yu qui avait pour mission de raconter de fausses rumeurs sur le dos de Kyoya. Il me glissa un paquet dans ma poche discrètement que j'enfonçai en souriant. J'étais plutôt heureux des rumeurs sur Kyoya, car même ceux qui n'étaient pas dans notre classe avait remarqué ce garçons atypique aux cheveux verts et au regard tiraillant. Isa réputation allait être anéantie. Satisfaits, nous prenions place à une table à proximité de notre collaborateur. Néanmoins, je doutais que de telles rumeurs affectent Kyoya. Peut-être qu'il s'en fichait de ça, après tout..
          Après mangé, nous nous précipitâmes à l'étage pour regarder si nos victimes avaient remarqués leur « surprise ».
Un hurlement. Un putain d'hurlement inconnu survint alors que nous venions de monter toutes les marches pour venir à l'étage.
Nous nous précipitions vers la source du cri, tout curieux et tout inquiet. Il provenait d'une chambre. Alors que nous arrivions sur le pas de la porte, je remarquais le premier l'horreur : notre « vengeance » n'avait pas été adressée aux bonnes personnes... Je regardais le numéro de la chambre et constatait un peu tard que ce n'était pas celui de Kyoya. D'un air un peu affolé, je jetais un regard à King qui semblait plus déçu qu'autre chose. Les deux garçons qui partageaient la même chambre étaient furieux et juré de « détruire celui qui avait fait ça » tout en essayant de nettoyer les excréments d'ânes dont le parfum embaumait la pièce. Alors que Jack accourait dans la chambre, je décidais de la quitter, me dirigeant d'un pas lent vers ma chambre. Alors que je passais devant celle de Ryuga et de Kyoya, je croisais leur regard méprisant, comme s'ils savaient qu'on avait tenté de leur jouer un mauvais tour. Je baissais les yeux en esquissant un léger sourire honteux avant d'arriver dans ma piaule. King me rejoignait un peu plus tard. Mon enthousiasme s'était soudainement envolé suite à cet échec.
 
« Ahhh... Tout ça pour ça. Lâcha t-il en se laissant tomber sur mon lit
-ça valait le coup de se salir les mains... ! On s'est gouré comme des bleus ! »
Je saisis mon portable pour faire part à Yu de notre ratage complet. Il était hilare au bout du fil, ce qui attisait mon énervement. Je me sentais minable !!
« Ca fait rien de toute façon !!! J'ai chopé son numéro, il reçoit depuis tout à l'heure un tas de messages casse-couilles !! 
-Ah ouais. Ouais, c'est bien ça. Répondis-je, pas très convaincu. Je me demandais bien comment il avait bien pu trouver son numéro..
-Aller. N'oubli pas les clopes. »
Oui, les clopes... Yu avait découvert que Kyoya fumait et lui avait subtilisé un paquet de cigarette. Comment avait-il fait ça ? Je n'en savais rien. Yu était vraiment trop fort. Je raccrochais, sortant de ma veste le fameux paquet que Yu m'avait confié.
 
          King se mit au bouleau, laxatif puissant en main. Je lui donnais les cigarettes une à une. Mon camarade était chargé de les bourrer avec cette poudre puissante. On ne savait pas si les effets escompté allaient se produire, mais on était néanmoins très fiers de cette idée ingénieuse. Je pris deux cigarettes encore vierge de poudre pour les remettre dans ma poche. Qui sait, peut-être en aurais-je envie un jour ?
          Alors que King replaçait les clopes « empoisonnés » dans le paquet, je me suis soudainement senti... Idiot. Je trouvais soudainement que toute cette mascarade était grotesque. Le fait de vouloir se venger comme ça et de façon si enfantine... Je soupirais. C'était vraiment débile de faire tout ça. J'étais stupide. Je me sentais encore plus pitoyable que lors de la « confrontation » avec mon ennemi Kyoya. Soudainement triste, je baissais les yeux en regardant avec regret le paquet que King avait entre les mains.
 
« ... ça te dis on arrête le plan anti-K... ? » Lui dis-je doucement. Je m'en voulais beaucoup.
 
Il me regarda en haussant les sourcils d'incompréhension, puis me demanda d'avantages explications. Je lui fis alors part du brusque sentiment de honte et de regret qui m'animait à présent. Il me fit un sourire doux, tapant la main sur mon épaule  pour me dire qu'il ne m'en voulait pas et que j'avais sûrement pris la bonne décision. Désormais plus heureux, je sautais dans les bras de King en lui disant qu'il était le meilleur. King était le meilleur !! C'était sans doute la personne qui me comprenait le mieux !!
Je songeais à Kyoya. Comme souvent, depuis quelques temps. On avait certes arrêté la « vengeance », mais je comptais néanmoins lui rendre la monnaie de sa pièce. « Comment ? » me demandais-je intérieurement. Je n'avais pas envie (ni besoin) de l'aide de King, je devais affronter ce problème tout seul. Euh... Fallait-il en venir aux mains ? Non, et puis Kyoya était bien trop adroit et fort. Je me ferais laminer en quelques secondes. Mais... OH !!! Un éclair de géni traversa mon cerveau. Oui !! C'était ça !! Je DEVAIS montrer à Kyoya de quoi j'étais capable à la guitare ! Un sorte de duel d'impro, quoi !!! Mais oui... C'était ça qu'il fallait faire. J'allais lui montrer de quel bois je me chauffe ! Kyoya, tu feras plus le craneur comme ça, crois-moi !! Fais attention : le grand Masamune arrive !!!
 
« Faut que j'aille aux chiottes !! »M'exclamais-je à l'intention de King. C'était la seul ruse que j'avais trouvé pour pouvoir m'éclipser de la pièce sans lui. Et encore ; rien ne me garantissait qu'il n'allait pas me suivre.
Je me levais puis saisit ma guitare d'une main pour passer la lanière sur mon épaule. J'ouvris la porte de chambre avant que King ne me coupe dans ma lancé :
« Tu vas aux toilettes avec ta guitare ?! »
Mince. Aurait-il comprit ?! Je me tourna innocemment vers lui, faisant face à son regard suspicieux. Je lui adressai un grand sourire.
« Yeah ! Mon bébé, je l'amène PARTOUT avec moi !! Et puis... Peut-être que j'aurais de l'inspiration soudaine ! On ne sait pas !! Aller, salut !! »
Je me glissai hors de la chambre et lâcha un soupire soulagé, heureux d'avoir échapper à King bien que je doutais que mes arguments l'ai convaincu.
 
          Sans me tromper de numéro cette fois-ci, je me dirigeai vers la chambre du grand Kyoya, me préparant psychologiquement à cet affrontement. J'allais franchement devoir donner tout ce que j'avais ; je savais que je pouvais être à la hauteur !!!
          Alors que j'étais arrivé devant leur numéro (en faisant attention de ne pas m'être trompé), je tendis l'oreille, percevant tout un tas de bruit à l'intérieur, comme une bagarre. Intrigué, je voulus tendre d'avantage l'oreille avant qu'un cri de rage ne me fasse sursauter, provenant sans doute de la bouche de Ryuga. Je m'éloignais de quelques pas, un peu affolé. Subitement, la porte s'ouvrit violement, laissant apparaître Ryuga totalement en rogne, décoiffé et présentant plusieurs plaies ouvertes, sans compter les nombreux bleus. Il s'était battu, il n'y avait pas l'ombre d'un doute. Ses poings étaient toujours serrés, comme près à attaquer la moindre personne ou chose qui se mettrait en travers de son chemin. Je le fixais, un peu apeuré mais je ne reculais pas. Il me lança un regard meurtrier et partit, fou de rage, sans même se retourner lorsque Kyoya lui lança un « OUAIS C'EST CA, CASSE-TOI ! »
          Je tendis la tête vers l'intérieur pour regarder l'état de Kyoya et je le vis sur le sol, se tenant les côtes de douleur. Il semblait plus amoché que Ryuga ; sa lèvre et son crâne saignaient, ses bleus étaient noirs et sa respiration était saccadé, on aurait dit qu'il avait du mal à respirer. Je me lançai immédiatement à sa rencontrer, lui tendit la main pour l'aider à se relever. Il ne la saisit pas, trop fier, et finit par se relever avec une énorme difficulté en s'aidant du lit à côté de lui. Je lui aurais bien demandé si ça allait, mais de toute évidence, il n'allait pas bien. Il s'assit sur son lit, s'essuyant sa bouche avec le revers de sa main droite tremblante. Au bout de quelques secondes sa respiration s'était régulée et il accorda à présent son intention sur moi.
 
« Tu veux quoi, toi ? » Me demanda t-il, cash, me laissant un regard haineux.
J'hésitais à lui véritablement pourquoi j'étais venu. Je n'en avais plus envie à présent : Kyoya n'étais décidément pas en état pour jouer de la guitare. Je cherchais mes mots, bafouillais, à la recherche d'une excuse valable.
« ALORS ! Pourquoi t'es là ?? » Renchérit-il avec plus de fermeté.
 
Kyoya devait être magicien car quelques secondes plus tard, je lui avais tout avoué. Un grand sourire moqueur s'étira sur ses lèvres, on aurait dit que la douleur qui l'animait faisait partit du passé. On aurait dit qu'il ne sentait plus rien, son expression douloureuse de son visage crispé n'était plus là.
 
« Une sorte de « duel », hein ? Pas de soucis. J'aime ça. » Répondit-il en esquissant un sourire moqueur. « A toi l'honneur !! » Me dit-il, m'offrant la place à côté de lui en la tapotant plusieurs fois.
 
J'avalais ma salive, referma la porte de la chambre puis me dirigea timidement vers la fameuse place, les dents serrées par le stress qui montait. Mais après tout je n'avais rien à craindre ni à perdre : c'était moi qui avait voulu ça et je n'avais rien à envier à Kyoya. Il n'avait sans doute rien de plus que moi. Et Kyoya semblait tellement vide d'émotion qu'il ne serait pas capable de livrer un beau solo improvisé capable de toucher les âmes. A présent rassuré, j'ouvris la housse de ma guitare et brancha l'ampli en effectuant quelques réglages, prenant une grande inspiration.
« Bon, le but c'est de jouer une improvisation, un solo... Un truc beau, un truc bien et touchant ! Ok ?! lui expliquais-je en souriant
-Ouais ouais, ok. » Il semblait déjà désinteressé. Il attrapa son portable en se plaignant qu'il ne faisait que de recevoir des messages d'insulte et de haine depuis ce matin avant de le balancer avec force au travers de la pièce sous mes yeux ébahis. « Vas-y, je t'en pris. J'ai hâte de voir ton « super » talent »
 
Je pris ma guitare, un sourire fier gravé sur mon visage. Mes doigts se plaquèrent contre les cordes, pour venir se déposer sur d'autres de frettes* différentes, tout ça à toute vitesse, engendrant un gros riff de 20 secondes, plein de technique. Je ne pensais à rien, je ne faisais qu'un avec mon instrument. Les notes s'enchainaient parfaitement, aucune fausses notes ne venaient tout gâcher. Ce fut, à ce jour je crois, la meilleure improvisation que j'avais été capable de sortir. Une fois ma composition finis, je reposais ma guitare. L'ambiance était un peu plus détendue. Un sourire confiant était toujours sur mon visage.
« Pas mal. » Souffla Kyoya en souriant.
          Il se leva pour prendre l'étui de sa guitare, désireux de répondre comme il se devait à mon défit. Il ouvrit son étui ; me faisant découvrir une magnifique Fender Stratocaster finition Sunburst*. Le verni était effrité par endroit, signe qu'elle avait vécu et qu'elle servait souvent. Il débrancha le jack* de ma guitare avant d'y connecter la sienne et de faire quelques réglages sur l'ampli en vérifiant que sa belle était bien accordée. Une fois sa sangle de cuir passée autour de son épaule à la musculature idéale, ses longs doigts vinrent se poser sur les barrettes de sa guitare, avant qu'il ne se mette à jouer. J'étais confiant, je savais mon adversaire plus faible, de plus, ses mains étaient toute tremblante et imbibées de sang. Ces dernières ne pourront pas suivre : elles glisseraient ou se tromperont sans doute de case.
 
          Epoustouflé. Sans voix. C'était la réaction  que j'avais eu quand il eu joué son solo improvisé. Ce gars là, il... il était incroyable. Je me rendais compte que j'étais à un tout autre niveau... Dès qu'il eu finis de joué, je restais bouche-bé pendant 5 secondes, avant que je ne me mette à taper des mains face à l'impressionnante prestation de Kyoya, vaincu. Il semblait satisfait de lui, alors que moi j'avais du mal à revenir à la réalité. Mon cerveau était totalement déconnecter de la réalité, j'étais partis dans un autre monde, mon c½ur se serrait, je n'étais plus là.
 
« Tu n'as rien vécu pour jouer quelque chose capable de toucher les gens, petit mioche ignorant. Ta prestation était insipide. »
 
          En titubant, je me rendis dans ma chambre. Je n'arrivais pas à me remettre de mes émotions... Il y avait quelque chose, dans son jeu de guitare qui le distinguait du reste des guitaristes. Il avait quelque chose en plus. King n'était plus dans ma chambre. Je m'allongeais sur son lit, et, les yeux rivés sur le plafond, je me rendis compte que j'étais dans une sorte de béatitude, dans un autre monde, totalement plongé dans mes pensées sans pour pouvoir autant arriver à bien me concentrer sur elles. Cette sensation était désagréable, mais apaisante en même temps. Je me redressais puis je sortis de la pièce pour aller me changer les idées.
 
          Je me rendis sur un des ponts surplombé par le fossé des douves du château, ma guitare sur le dos. Je m'assis sur les planches de bois, regardant les canards à travers les barreaux, pensif. Je me sentais misérable, soudainement. Comparé à Kyoya... Bon sang. J'avais honte d'avoir joué avec une telle confiance pour livrer un show si minable... Kyoya était au dessus de tout ça, et de toutes les personnes que je connaisse. Ce gars là, il est spécial... Pas commun. Et ce sentiment, celui qu'il n'est pas comme les autres, je l'avais senti dès l'instant où il était passé devant moi... J'avais sentis cette différence. Je tentais de gratter quelques notes sur ma guitare, mais le résultat fut laborieux. Le c½ur n'y était pas, je me sentais vidé. Mon esprit était encore en train de me remémorer Kyoya, debout au milieu de sa chambre en train de pondre une merveille, un trésor, un joyeux, à l'aide de sa guitare teinté par le sang et de ses doigts tremblant. Ma guitare dans les bras, je m'allongeais sur le pont, me remémorant l'inoubliable solo de guitare de Kyoya qui n'avait pas encore quitté mon esprit. Toutes ces notes si bien mises ensemble, toutes ces émotions qu'il avait réussi à transmettre... Il m'avait envoyé dans un autre monde. Je fermais les yeux doucement, songeant à l'instant magique que j'avais vécu. Pendant ces quelques instant de jeu, je n'avais pensé plus à rien, je me suis laissais bercer par le jeu de guitare du beau guitariste aux cicatrices. Pendant ce temps, c'était comme si plus rien n'existait. Son riff s'était imprégné de moi, et, très doucement, ces notes si délicates et si parfaites ont pris possession de moi pour diriger mes pensées vers le vide et pour ressentir ce sentiment si indescriptible, si particulier. Mes paupières se rouvrirent lentement alors que des larmes s'échappaient de ces dernières. Je donnerais cher pour revivre ça. Mais j'avais honte. J'étais tellement inférieur à lui... Je crois que je n'oserais plus le regarder en face.
Je me levais avec difficulté, secouant la tête à plusieurs reprises pour parvenir à penser correctement, sans succès. Toute cette histoire ne voulait pas quitter mon esprit. Je soupirais, me dirigeant vers la petite forêt non loin du pont, accompagné du solo de Kyoya, dans ma tête.
 
Définition :

Pickguard : Partie en plastique se situant sur généralement vers les micro, ayant un but purement décoratif. On peut l'enlever, le changer, le personnalisé à sa guise du moment qu'il convient au type de guitare/basse que l'on possède.
Slap : Technique plus utilisé par les bassiste que par les guitariste. Le but est de "frapper" les cordes avec la main droite pour créer un son "qui claque".
VOX : Marque d'amplificateur de guitare.
Frettes : Dans la grande majorité des cas en métal, ces petites barrettes (au nombre de 21, 22 ou encore 24) servent à délimité les différentes parties de la guitare, et donc, les différentes sonirités. Certaines guitare sont "fretless", c'est-à-dire sans frettes.
Jack : Câble universel reliant une guitare électrique à un ampli. 
Sunbrust : Finition principalement utilisé par Fender ou par Gibson. Le terme "sunbrust" désigne le fait que le vernis de la guitare fait un dégradé (généralement du noir vers le marron/orange) 
 
[Excréments d'âne, laxatif, Masamune qui va aux toilettes... ON PEUT DIRE QUE CA PU LA MERDE x))) (non non, je n'essaye pas du tout de faire passer un message !!)
J'espère que ce chapitre vous a plu, n'hésitez pas à commenter pour me dire ce que vous en avez pensé !! :)
Et vous aussi, VENGEZ-VOUS !!! Soyez inventif, soyez méchannnt > :D x)]

Tags : La magie née de tes doigts - Chapitre 4